Les colonies de vacances une nouvelle fois menacées

Il y a deux ans, un rapport du Sénat sonnait l’alerte contre la baisse de fréquentation des colonies de vacances, avec une baisse spectaculaire de près de 50% entre les années 1990 et 2010. Parmi les causes principales on pouvait trouver le coût devenu trop important pour de nombreuses familles, lié à la conjoncture économique mais également à une évolution de l’offre de séjours. Une baisse de fréquentation qui touchait principalement les milieux défavorisés et les classes moyennes.

Mais une autre raison était à chercher du côté de la multiplication des normes d’encadrement qui, mécaniquement, accroissait le prix des séjours. Un nouveau coup est en train d’être porté contre ce secteur essentiel. En vertu d’une directive européenne de protection des consommateurs votée en 2015, les agences de tourisme devaient rembourser leurs clients si une activité payée n’avait pas lieu.

Quel lien avec les colonies de vacances ? La directive prévoyait une dérogation pour les associations et organismes à but non lucratif. Mais la France en a décidé autrement et a tout simplement ignoré cette dérogation. Ainsi, à compter du 1er juillet, les associations organisant des colonies de vacances seront considérées comme des agences de tourisme (sic). Conséquence directe : les associations en question devront geler 10% de leur budget en prévision du remboursement des familles.

Outre la menace directe que représente contre les associations et notamment les plus petites comme la notre, cette décision ignore une des composantes principales des colonies de vacances dont la finalité ne saurait se réduire à vendre des prestations de loisir, mais au contraire à défendre des valeurs éducatives.

En tant que directeur j’ai eu l’occasion de vivre une situation ubuesque. La plaquette proposait – entre autres activités – une après-midi piscine. Lors d’un séjour celle-ci n’a pas eu lieu et une famille s’en est plainte avec virulence. Le camp se trouvait à une centaine de mètre de la plage et nous avions eu un temps magnifique sur toute la durée du séjour. Avec cette directive ce genre de situations pourraient à l’avenir se produire de plus en plus souvent, avec des conséquences très concrètes pour les associations...

Sources

Commentaires

Aucun commentaire n'a été posté pour le moment. Soyez le premier !